« J’ai envie de donner aux gens le désir de voyager »

« Home », c’est le nom du documentaire de sept minutes réalisé par Emeric Le Bars dans le cadre du Timelapse Film Festival 2018, dont la finale se tenait à Joshua Tree le 4 août dernier.

Ce documentaire retrace le parcours du photographe de 27 ans, depuis ses débuts dans l’univers du timelapse jusqu’à aujourd’hui, en passant par son arrivée aux États-Unis, ses difficultés, ses doutes, ses rêves.

Pour rappel, Emeric Le Bars est arrivé aux États-Unis en 2013 à seulement 21 ans, seul. Son premier poste là-bas était un stage en tant que monteur vidéo pour une web-tv locale. Il y est resté deux ans et ça a été très important pour la suite, ce fut son moyen de mettre un premier pied aux États-Unis et d’y travailler.

Après ces deux années, il a estimé que c’était pour lui le moment de voler de ses propres ailes, c’est là que le timelapse est intervenu. Il avait déjà fait quelques timelapses en France, qui avaient plutôt bien marché d’ailleurs.

Voici le tout premier qui date de 2011 :

Et le deuxième qu’il a réalisé un an plus tard, dans le cadre du marché de Noël d’Angers 2012 (on sent déjà une nette amélioration) :

Et tant qu’à faire, voici un troisième qu’il a réalisé pendant un stage à la mairie d’Angers en 2012 :

Pendant plusieurs mois, alors qu’il a repris tout juste la création de timelapse, il n’a pas les moyens de se payer un loyer et dort chez des amis qui l’héberge.

Au fil du temps il s’améliore de plus en plus, autant dans sa maîtrise que dans le matériel. Il passe de longs mois compliqués mais commence à devenir enfin indépendant.

Vivre de sa passion demande beaucoup de sacrifices. Partir jeune, loin de son pays et de sa famille, à seulement 21 ans n’est jamais facile mais il a pu réussir quelque chose qu’il n’aurait pas pu faire sinon. Ce documentaire exprime bien tout ça et retrace les différentes étapes par lesquelles il est passé durant ces cinq dernières années.

Vous pouvez retrouver ses articles en cliquant ici.

Un timelapse d’une tempête de sable en Arizona

Voici des images extraordinaires tournées par le photographe Jesse Watson d’une tempête de sable dans l’Arizona aux États-Unis.

La saison des « monsoon » est arrivé dans le Sud-Ouest du pays et le 9 Juillet, Jesse a conduit plus de 320 kilomètres dans le désert pour capturer plus de 800 images de ce qu’il appelle « le plus gros Haboob qu’il n’ai jamais vu ! »

Les différents timelapses ont été pris depuis les villes de Tacna, Welton et Yuma dans l’Arizona.

Haboob arizona jesse watson

Il explique qu’il était en train de cuisiner avec sa copine quand il a décidé de sauter dans sa voiture pour aller tourner des timelapses du monstrueux Haboob.

Pour chaque timelapse, il attendait que le sable le touche avant de s’emparer de ses caméras et trépieds et de conduire rapidement à l’exterieur de la tempête pour pouvoir tourner plus de timelapses.

habook arizona 2 jesse watson

Toutes les images et vidéos sont la propriété de Jesse Watson. Vous pouvez le suivre sur Youtube et Instagram.

Source Jesse Watson Youtube et PetaPixel