La Sélec’ #2 : Les Calanques de Marseille

Pour le deuxième timelapse de La Sélec’, on continue avec celui de Ben Art, publié sur la page Facebook du groupe Le Monde du Timelapse.

Ben Art nous partage une superbe vidéo timelapse des Calanques de Marseille de jour et de nuit comme vous ne les avez jamais vu avant.

 

les calanques

Ben Art explique avoir tourné ces timelapses dans les Calanques de Marseille à La Ciotat avec l’aide d’un Canon 5D Mark III et d’un Canon EF 16-35 f2.8.

« J’ai fait les séquences en 2016, de janvier à juin puis un peu en septembre/octobre! » ajoute-t-il. « Je m’étais lancé dans le timelapse car j’en voyais qui me plaisaient mais la partie montage me paraissait totalement étranger et là en aout j’ai pris le temps de regarder pour pas laisser dormir ces timelapses! »

 


Vous pouvez le suivre sur Facebook pour voir plus de son travail.

 

 

La Sélec’ #1 : Un timelapse « sur le fil »

Pour le premier timelapse de La Sélec’, on commence en beauté avec celui de Jean-Philippe Kornmann, publié sur la page Facebook du groupe Le Monde du Timelapse.

Tourné depuis le hameau des Pèlerins dans la vallée de Chamonix, on y voit la lune escalader l’aiguille du midi. Pour nous rapporter ces belles images, Jean-Philippe Kornmann s’est équipé de la monture « Sky Adventure Mini » afin d’effectuer le suivi de la lune durant sa progression, ainsi que du D610 de chez Nikon. 1438 clichés ont été nécessaires pour la réalisation de ce timelapse.

40376952_189942661784766_4015085743566225408_n

monture Sky Adventure Mini


Je vous conseille vivement d’aller voir son profil Vimeo, surtout pour ceux qui aiment les astro-timelapses.

Ses profils Vimeo et Flickr en cliquant ci-dessous

vimeo

flicker-logo-black

« J’ai envie de donner aux gens le désir de voyager »

« Home », c’est le nom du documentaire de sept minutes réalisé par Emeric Le Bars dans le cadre du Timelapse Film Festival 2018, dont la finale se tenait à Joshua Tree le 4 août dernier.

Ce documentaire retrace le parcours du photographe de 27 ans, depuis ses débuts dans l’univers du timelapse jusqu’à aujourd’hui, en passant par son arrivée aux États-Unis, ses difficultés, ses doutes, ses rêves.

Pour rappel, Emeric Le Bars est arrivé aux États-Unis en 2013 à seulement 21 ans, seul. Son premier poste là-bas était un stage en tant que monteur vidéo pour une web-tv locale. Il y est resté deux ans et ça a été très important pour la suite, ce fut son moyen de mettre un premier pied aux États-Unis et d’y travailler.

Après ces deux années, il a estimé que c’était pour lui le moment de voler de ses propres ailes, c’est là que le timelapse est intervenu. Il avait déjà fait quelques timelapses en France, qui avaient plutôt bien marché d’ailleurs.

Voici le tout premier qui date de 2011 :

Et le deuxième qu’il a réalisé un an plus tard, dans le cadre du marché de Noël d’Angers 2012 (on sent déjà une nette amélioration) :

Et tant qu’à faire, voici un troisième qu’il a réalisé pendant un stage à la mairie d’Angers en 2012 :

Pendant plusieurs mois, alors qu’il a repris tout juste la création de timelapse, il n’a pas les moyens de se payer un loyer et dort chez des amis qui l’héberge.

Au fil du temps il s’améliore de plus en plus, autant dans sa maîtrise que dans le matériel. Il passe de longs mois compliqués mais commence à devenir enfin indépendant.

Vivre de sa passion demande beaucoup de sacrifices. Partir jeune, loin de son pays et de sa famille, à seulement 21 ans n’est jamais facile mais il a pu réussir quelque chose qu’il n’aurait pas pu faire sinon. Ce documentaire exprime bien tout ça et retrace les différentes étapes par lesquelles il est passé durant ces cinq dernières années.

Vous pouvez retrouver ses articles en cliquant ici.

Créer des vidéos TimeSlices avec Premiere Pro en 5 min !

On connais bien les « timeslices », ces photos qui montrent plusieurs calques d’un timelapse jour-nuit ou nuit-jour en une seule image.

Los Angeles From Day to Night (Slices of Time)

Et si on changeait cette photo en une vidéo ?

Après des mois à en faire sur After Effects, ce qui me prenait énormément de temps avec les masques, je me suis dit qu’il devait y avoir un moyen plus simple de créer un timeslice en vidéo.

Et je me suis souvenu que Premiere Pro propose l’outil « Rogner » qui permet de rogner les clips de n’importe quel côté. Donc en créant plusieurs calques sur le logiciel, il serait possible de créer un timeslice en quelques minutes !

J’ai essayé et voici le premier résultat que j’ai obtenu.

Ayant pas mal de retours positifs, j’ai continué à en créer avec de meilleurs timelapses Holy Grail qui contiennent plus de couleurs.

DTLA

San-Diego-TS

San-Francisco

L’effet créé est vraiment intéressant. Il suffit de choisir un intervalle entre chaque calque qui permet de montrer un maximum de la transition jour-nuit sur une image. En général, pour un timelapse de 30 secondes, un intervalle de 25 images à 1 ou 1 seconde et demi donne de beaux résultats.

Regardez le tutoriel ci-dessous pour apprendre :

L’occultation de Saturne par la Lune

Voici une vielle vidéo que je viens de trouver sur Youtube. Elle date de 2007 (mise sur Youtube en 2009), mais je la trouvais tellement impressionnante que je me devais de la partager.

Voici un timelapse tourné par Jan Koet, qui montre l’occultation de Saturne par la Lune.

Jan explique avoir tourné la vidéo avec un 18cm Astro Physics 180EDT, un Meade 5000 3x Barlow et un ToUcam II. Quelques retouches ont été apporté par la suite pour accentuer la luminosité de Saturne. La vidéo est deux fois plus rapide que la réalité explique-t-il.